Ostéopathie et gynécologie

La gynécologie

Si certaines pathologies comme par exemple les lombalgies, les sciatiques, les maux de tête sont unisexes, d’autres concernent les femmes en particulier.

 

 

> Que pouvez-vous leur apporter en tant qu’Ostéopathe  ? 

En ostéopathie c’est avant tout une question de personne, pas de sexe, et chaque personne est unique. On traite en fonction de l’histoire propre à chacun. 

Concernant les femmes, ce qui leur est spécifique c'est-à-dire toute la sphère gynécologie et tout ce qui est en lien avec : douleur, grossesse, infertilité...

> Avant de parler des grossesses, comment traitez-vous les douleurs gynécologiques des femmes ?

Les douleurs sont multiples et ont de nombreuses origines. Alors je questionne ma patiente, j'analyse et après, je peux la traiter et la soulager. C'est le cas notamment pour les séquelles cicatrielles type césariennes, les règles douloureuses. Ou encore pour celles souffrant d'endométriose.

> Alors si l’on parle des grossesses, comment intervenez vous ? 

Je ne vais vous parler que des grossesses dites « normales ». En effet, il est fréquent de constater que différents troubles fonctionnels mineurs peuvent apparaître et cela en raison de l’effort d’adaptation demandé à l’organisme. Un certain inconfort en clair. Aussi, le suivi ostéopathique apporte à la future maman un bien-être certain pour une grossesse harmonieuse.  

 

>> Plus précisément, au 1er trimestre, mon travail est avant tout d’apporter du confort, d’assurer un équilibrage et d’éviter des troubles comme les nausées, les lombalgies ou sciatiques. Car il se produit une montée importante du taux d'hormones et le système neuro-végétatif doit travailler en synergie avec le système neuro-endocrinien. Le travail du foie et des reins permettent d'absorber et de supporter ces variations.

 

>> Au cours du 2ème  et du 3ème trimestre, les organes voisins de l’utérus doivent s’adapter à son augmentation. Je travaille donc sur la mobilité de l’utérus (diminution des contractions), et sur des organes tels que l'estomac (pour agir sur les brûlures), le colon (pour agir sur la constipation), et le diaphragme (pour agir sur les problèmes circulatoires, le souffle coupé,...). Sans agir directement sur le fœtus, on lui apporte plus de confort et plus de place pour se développer.  Et en fin de grossesse, je travaille sur la mobilité du bassin pour faciliter le futur accouchement

 

 

 

 

 

> N’y a t-il aucun danger pour ces futures mamans  ?

Bien sûr que non, car l’Ostéopathie est une technique tissulaire manuelle douce. Elle n'entraîne aucun danger ni pour la maman ni pour le fœtus fort heureusement. Et surtout elle ne dispense en aucun cas d'un suivi obstétrique conventionnel. C’est un complément, une réponse alternative aux différents problèmes fonctionnels créés par l'état de grossesse. 

 

> Et  quels sont donc précisément ces troubles que l’ostéopathie soulage  ? 

Ils sont de plusieurs natures : 

- Mécaniques avec des douleurs au niveau du coccyx ou des lombaires, dorsales ou cervicales. 

- Circulatoires avec la sensation de jambes lourdes et l’apparition d’hémorroïdes.  

- Digestives avec des flatulences, spasmes et souvent une digestion difficile. 

- Gynécologiques avec les redoutées contractions, mais aussi lorsque le bébé ne se retourne pas. 

 

La grossesse

> Faut il continuer à consulter après l’accouchement et quand  ? 

Je préconise un suivi après l’accouchement car le corps reprend peu à peu ses contours et il est nécessaire que cela se fasse dans l’équilibre pour éviter lombalgies, sciatiques ou autres problèmes liés au coccyx. Sans parler de la rééducation du périnée et le traitement des cicatrices d’épisiotomie ou de césarienne. Je peux même agir sur les cervicales qui peuvent, en cas de blocage, impacter la lactation.  

 

> Et en amont de tout cela, lorsque l’enfant ne vient pas, l’Ostéopathie a t’elle un rôle à jouer  ? 

L'Ostéopathie est une thérapie qui permet d'aller rechercher la cause des dysfonctionnements ou maux. C'est en ce sens qu'elle peut s'avérer très complémentaire de la médecine classique. Ainsi il m’arrive de manipuler un utérus pour soulager un dos, ou mobiliser une vertèbre lombaire pour avoir un impact au niveau gynécologique. Et en m'appuyant sur une connaissance très approfondie de l'anatomie, je lève des blocages articulaires, viscéraux, musculaires, crâniens, selon ce que nous indiquent les tests. 

En clair, oui, il est possible d’agir - en complément des médecins - pour essayer d’apporter une solution à ces patientes. Je me suis intéressée très tôt à cette question gynécologique et en croisant connaissance technique et pratique, j’arrive à apporter un soutien et un confort à ces femmes. L’important au départ c’est un rapport de confiance avec la patiente pour travailler avec elle et en connaissance parfaite de son corps et ses « blessures ». 

 

Par exemple, des chutes anciennes ou récentes mais aussi les adhérences ou cicatrices post-chirurgicales font parties des facteurs sur lesquels nous pouvons agir et qui sont directement liés à la question de fertilité. 

 

Parole d'expert > Docteur Arnal - Gynécologue :

"L’ostéopathie est une méthode de soins qui s’emploie à déterminer et à traiter les défauts de mobilité qui peuvent affecter l’ensemble des structures composant le corps humain. Le traitement par l’ostéopathie générale, crânienne et gynécologique est indispensable pour nombre de femmes. Il est pour moi une pièce essentielle du puzzle thérapeutique que je mets en place lorsque je traite une femme pour ses problèmes gynécologiques. Pratiquée de manière régulière, l’ostéopathie permet de rétablir l’équilibre du bassin, la libre circulation de tous les flux (artère, veine, lymphatique, système neurovégétatif) et une bonne dynamique des organes du petit bassin, les uns par rapport aux autres. Elle agit aussi sur les fascias qui recouvrent ou enveloppent et réunissent comme par une toile d’araignée les structures de notre corps lors de certaines situations figées en profondeur.

Céline Benoist est une élève de Claudine Ageron-Marque, ostéopathe, sage-femme, enseignante pour tout ce qui concerne l’ostéopathie de la femme et que j'ai fait intervenir dans un de mes ouvrages. Claudine Ageron-Marque dirait : « Céline a une bonne patte ! » le meilleur compliment qui soit et que je confirme. "

 

Pour en savoir plus :  Blog du Docteur Arnal

 

Réalisé par Agence Bam - ©Agence Bam / ©Céline Benoist

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation ostéopathique.